Le 17 août 2020, la lettre ci-dessous a été envoyée au bureau du premier ministre Legault, lettre dans laquelle il lui était demandé de répondre directement à trois questions liées à l’accroissement des soins à domicile souhaité par la très grande majorité des aînés. Ni M. Legault ni aucun membre de son entourage immédiat n’ont répondu. Pire encore, le 3 septembre 2020, nous avons reçu une lettre d’un conseiller politique (!) du cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux dans laquelle il ne répondait à aucune de nos questions, se contentant de recopier la réponse fournie aux instigatrices du site « Vieillir chez moi, c’est gagnant » (lien disponible sur notre site).

Le 17 août 2020

Monsieur le Premier ministre François Legault

Édifice Honoré Mercier

835 boulevard René Lévesque, 3e étage

Québec (Qc) G1A 1B4


Les bonnes priorités pour les aînés

Fort de l’appui de quelque 1000 personnes et organisations ayant signé en ligne le Pacte pour les Aînés, il vous est demandé par la présente de prendre publiquement une position aussi forte et diligente en faveur des soins à domicile que vous l’avez fait pour le recrutement et la formation rapide de quelque 10 000 nouveaux préposés aux bénéficiaires en CHSLD.

Pourriez-vous expliquer aux signataires du Pacte pour les Aînés ainsi qu’à l’ensemble de la population du Québec pourquoi les soins à domicile – une option qui reflète le voeu de la majorité des personnes âgées tout en coûtant nettement moins cher à l’État – n’est pas la grande priorité absolue de votre gouvernement en matière de soins aux aînés ?

Bien sûr, votre gouvernement a investi 280 M$ supplémentaires lors de l’exercice 2019-2020 pour le soutien à domicile. Mais pourquoi n’investissez pas toutes les sommes nécessaires afin que les soins à domicile représentent non plus 20% du budget québécois de la santé, mais les trois quarts comme au Danemark, un pays exemplaire dans la manière de traiter ses aînés, un pays où ce sont les services qui vont vers eux et non l’inverse ?

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous empêche de mettre en place, par exemple, une assurance autonomie en soins à domicile qui, au départ, permettrait de combler jusqu’à près de la moitié des besoins des soins à domicile ?

Le Pacte pour les Aînés comporte dix mesures pour améliorer leur sort. La 4e mesure préconise de mettre immédiatement en place un projet pilote d’assistants de vie pour les nombreuses personnes handicapées vivant présentement en CHSLD.

Bien sûr, vous devez vous aussi trouver affligeant qu’il faille que le promoteur de cette idée, M. Jonathan Marchand, s’enferme dans une cage en face de l’Assemblée nationale du Québec dans l’espoir désespéré que sa situation s’améliore après dix ans de vie forcée en CHSLD contre son gré et au prix de dépenses plus élevées au final.

Bien sûr, vous êtes une personne occupée, mais montrez-nous que vous êtes aussi un politique totalement préoccupé par le traitement futur des aînés et prenez vous-même la plume afin de répondre personnellement à cette lettre.

Bien sûr, vous devez être conscient de l’immense responsabilité mais aussi du pouvoir qui vous est dévolu dans vos fonctions actuelles. Vous pouvez faire en sorte que nos personnes âgées soient enfin traitées, après tant de décennies d’immobilisme, non seulement correctement en établissement, mais aussi respectueusement en regard de leur volonté de vivre chez eux le plus longtemps possible.

Vous avez une occasion en or de marquer l’histoire de la politique québécoise en devenant le chef d’état qui aura su fournir un traitement enfin totalement humain et digne aux personnes de 65 ans et plus qui, en 2031, représenteront plus du quart de la population québécoise.

Bien à vous
Jean-Marc Papineau, instigateur du Pacte pour les Aînés

Recent Posts

Tags

Pacte pour les aînés